Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

jacques-chirac-orleans.jpg

 

J'ai pour habitude de parler de règle du "Je" en media training. Et de demander à mes clients de réfléchir à l'image qu'ils veulent donner d'eux-mêmes, avant qu'elle ne soit écrite (ou filmée) par d'autres. Ce WE, le Journal du Dimanche a démontré que la peopolisation des présidents de la République ne s'arrête pas avec la fin de leurs mandats. Bien au contraire. A 78 ans, et à la veille d'un procès en correctionnelle, Jacques CHIRAC se retrouve au coeur d'un nouveau buzz.  Pas sûr que son image publique ressorte grandie de cette suspicion de maladie d'Alzheimer. Je ne reviendrai pas sur la valeur des démentis de Bernadette CHIRAC au micro d'Europe 1 ou de celui du pincipal intéressé devant les caméras de BFM. Non, ce qui a retenu mon attention c'est  "l'indignation" d'Alain MINC, dénonçant une "transgression déontologique" de la part du JDD.  Un regard habituellement éclairé, qui semble ici ignorer combien Internet à modifié la donne. Prenez  la vidéo qui suit par exemple. Elle date de 2008. Nous y voyons, pour reprendre les termes de sa présentation sur la Toile,  Nicolas SARKOZY "mater les seins de Bar REFEALI".  Une illustration parmi tant d'autres que les moindres faits et gestes de ceux qui nous gouvernent peuvent finir mis en ligne sur un site de partage. Filmées en public, ces images nous en disent beaucoup sur le tempérament du personnage privé. Transgression déontologique ? Elles apportent en tous cas la preuve que bien avant sa retraite, en France, un chef de l'Etat est en permanence sous les feux des projecteurs...

Tag(s) : #Décryptage

Partager cet article

Repost 0