Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Charles PASQUA : un bon client des médias qui avait plus d'une petite phrase dans son sac

Publié le par DMT

Depuis plus de dix ans maintenant, je cite lors de mes interventions au CELSA ce mot de Charles Pasqua : " Je vais terroriser les terroristes." En fait, il s'agit pour moi d'inviter les étudiants à imaginer ce que des étrangers retiendraient de cette déclaration à son premier visionnage. Une séquence dans mon cours sur l'évolution des techniques de média training, qui illustre le primat du non verbal en télévision (mimiques et gestes plus intonation) sur le discours. Et voilà que je trouve sur PHRASITUDE, cet article dédié aux plus célèbres formules de l'ancien ministre de l'Intérieur de Jacques Chirac. Dont cette fameuse petite phrase prononcée dans un contexte de communication de crise à l'automne 1986, pour laquelle l'auteur apporte de précieux éléments de contexte. Je compte d'ailleurs mettre à profit les quelques jours de répit que me donnera le mois d'août, pour parcourir plus attentivement le blog de Michel Le Séac'h. Un observatoire en ligne des petites phrases, dont un premier survol me laisse à penser que je vais avoir à mettre à jour un post publié en 2008. Je tentais alors de donner le mode d'emploi de ce que tout bon client des médias se doit d'avoir dans sa musette ou, comme on disait au RPR, dans son... SAC ;-)

Voir les commentaires

Quand la radio met à nu les techniques d'acteurs

Publié le par DMT

Cet article est reposté depuis Le talent est en vous !.

Voir les commentaires

La photo du Lab d'Europe 1 qui montre Juppé en grand homme et Sarkozy en petit con

Publié le par DMT

C'est bien connu, la lecture d'un article doit beaucoup à ses photos. Une règle valable pour la presse écrite comme pour les publications en ligne. D'ailleurs, les légendes qui accompagnent ces clichés font partie intégrante de la titraille. L'illustration choisie par Le Lab d'Europe 1 pour illustrer le dernier papier politique de Sylvain Chazot me laisse de fait songeur. Outre le commentaire qui l'accompagne : " À un bras de l'accident corporel entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé," c'est le message subliminal qu'elle véhicule qui m'interpelle. Cette radio, propriété du groupe Lagardère, dont on sait les liens d'amitiés qui unissent son PDG à l'ancien chef de l'Etat, vient d'écorner sérieusement l'image publique de Nicolas Sarkozy. Si je compare les tailles des deux responsables politiques, leurs mimiques et le contenu du papier, une association d'idée me vient immédiatement en tête. J'y vois un Alain Juppé en position de grand homme, face à un président des Républicains dans la posture du... petit con. Lapsus digital ?

Voir les commentaires

Valérie Trierweiler en mode disque rayé dans C à vous

Publié le par DMT

Si Valérie Trierweiler a retenu une leçon de ses années aux côtés de François Hollande, c'est bien d'avoir appris à ne pas répondre à une question qui la dérange. Lors de son passage hier soir dans C à vous, l'ancienne compagne du chef de l'Etat a répété pas moins de cinq fois (de 00:08 à 00:17) " Mais moi je ne faisais pas de politique " quand Anne-Sophie Lapix la relançait sur les effets dévastateurs de son livre souvenir. Ce qu'on appelle en média training de crise le disque rayé. À un tel niveau de maîtrise de cette technique je n'aurai qu'un mot : merci pour cette leçon.

Voir les commentaires

Mise en scène de l'information : attention au détail qui tue

Publié le par DMT

J'alerte toujours mes clients sur le risque de voir leurs propos déformés, s'ils ne savent pas faire court quand ils parlent dans les médias. En presse écrite il est d'ailleurs courant de parler de mise en forme des propos tenus. Un rédacteur ayant pour mission de rendre une interview plus digeste, en réduisant par exemple les termes techniques et en privilégiant les passages concrets. Sans compter l'emploi d'une titraille incitative qui attire l'œil et facilite la mémorisation des infos clés. En télévision la pratique est identique. Sauf que le nombre de signes d'un article est remplacé par des secondes dans un reportage destiné au JT. Avec en prime, le besoin de faire un maximum de prises de vue pour illustrer le sujet à traiter. Et c'est là que le bas blesse. L'écriture TV reprenant les codes cinématographiques, il est courant qu'un cameraman doive tourner un champs contre champs. Quitte, pour ce faire, à demander à la personne interviewée de bien vouloir se prêter à une part de... mise en scène. À ce jeu, François HOLLANDE a toujours excellé. Reste que si un journaliste tombe sur un " bon client, " il doit veiller à éviter les facilités ou erreurs d'attention qui pourraient entacher la crédibilité de son travail. Ainsi, dans cet extrait du Grand Format de la rédaction de France 2 (trouvé sur le très instructif blog d'Anne-Claire Ruel), ce ne sont pas moins de quatre détails qui tuent que j'ai repéré en moins d'une minute. À commencer par le sac à main de la reporter, visible à 0.48, resté posé par terre sur le tapis de l'antichambre du bureau présidentiel .

Mise en scène de l'information : attention au détail qui tue

À 1.16, le reflet de la narratrice se perçoit dans la glace.

Mise en scène de l'information : attention au détail qui tue

Puis une seconde plus tard, c'est la silhouette du patron de la com' de l'Elysée qui sort du champs sur la... gauche.

Mise en scène de l'information : attention au détail qui tue

Enfin, la plus belle " image de trop," est sans aucun doute le sourire en coin de l'un des deux conseillers en stratégie digitale lorsqu'il serre la main du chef de l'État. Rejouée à l'évidence pour les besoins du montage, cette scène est l'exemple même de ce qui finit par donner à l'information, le goût et la couleur de la communication...

Mise en scène de l'information : attention au détail qui tue

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>