Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Très attendus, les vœux de François Hollande semblent ne pas avoir été de tout repos. Selon Libération, il aura fallu quatre prises au chef de l'Etat pour obtenir le bon enregistrement. Depuis sa diffusion, la Toile ne cesse de revenir sur ce marronnier républicain. Audiences comparées de l'actuel et de l'ex-locataire de l’Elysée, commentaires politiques, analyses de la gestuelle et du discours... A ce propos, bravo à Xavier RISTAT et à Geneviève SMAL qui ont échangé leurs regards d'experts sur leurs blogs respectifs. Cette lecture croisée me confirme dans l'idée que pour bien passer en télé il ne faut surtout pas chercher à être parfait. Tant pis si, comme le relève ma collègue belge, l'articulation de François HOLLANDE est déplorable. Pareil pour la fatigue, et parfois l'anxiété, que lit le synergologue sur le visage du chef de l'Etat. Après tout, c'est plutôt “normal” qu'un homme dont ce n'est pas le métier, se retrouve tendu face caméra. Ce qui compte à mes yeux, c'est la qualité de son intention avant de s'adresser aux français. Dans cette vidéo je vois un président qui Dialogue avec nous, met en scène sobrement son Message et trouve le Ton juste. Pas si mal pour une première. Seule ombre au tableau, sa gestuelle. Si François HOLLANDE démarre plutôt bien sur le registre de l'accueil, mains en supination et bras ouverts, j'ai été frappé par son recours mécanique aux gestes dit "cadre", qu'affectionnait tant Nicolas SARKOZY. (Illustration avec l’image ci-dessous) De véritables gestes fantômes. Car, si les deux mains paumes parallèles font "président", elles nous rappellent surtout un refrain gestuel du précédent maitre des lieux. Depuis quand un politique fait de la pub, même de façon subliminale, pour son ancien rival ? Etre médiagénique c'est d'abord témoigner d'une personnalité originale. Ce n'est pas utiliser les éternelles mêmes recettes pour “bien passer” en TV. Je me souviens des propos de Frédéric PEUCHERET lors des primaires PS dans Atlantico : "Il dégage l’image d’une personnalité influençable, et dont l’entourage direct joue un rôle important dans la constitution de son personnage politique (...) Son langage para-verbal manque certainement de force et rigidité pour instaurer son propre rythme". Si ce profil psycho gestuel de François HOLLANDE s'avère exact, j’invite ses conseillers à méditer ce mot de Victor HUGO dont j’ai fait ma devise de médiatrainer : "La forme c'est le fond qui remonte à la surface". Un bon moyen d’éviter de donner au chef de l’encore cinquième puissance économique mondiale, le charisme d'un capitaine de pédalo...   

Tag(s) : #Décryptage

Partager cet article

Repost 0