Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À tous les passionnés de télévision et de politique, je recommande la lecture de cet article signé François Reynaert. Vous y apprendrez par exemple que le réalisateur Serge Moati initia en 1981 le candidat du PS aux techniques de communic'acteurs. Comme j'aime à le raconter lors de mes formations, un débat TV se prépare à l'identique d'un match de foot. Particulièrement ceux d'entre les deux tours où, à l'image d'une finale de coupe de France, tous les coups sont permis. Si le dispositif mis en place ce soir par TF1 est une première avec cinq participants en cercle, les règles pour sortir gagnant d'une telle joute oratoire devraient rester les mêmes. En voici le rappel en quatre points :

Repérer 

Il est indispensable d'avoir repéré en amont les thèmes sur lesquels amener l’adversaire. Particulièrement ceux où il est le moins à l'aise. Enregistrements de ses précédents passages TV à l'appui. De même, tout comme pour une vente avec les objections éventuelles du client, vous aurez aussi anticipé les contre-attaques. De quoi, chaque fois que cela est possible, ramener les échanges sur votre terrain.

Dénoncer

Lors d'un passage TV et particulièrement quand il s'agit d'un débat, prendre de la distance est essentiel pour aiguiser son écoute. À  ce sujet, je recommande à  mes clients de lire Les quatre accords toltèques. Ce livre apprend à ne jamais se sentir visé personnellement par une question. Soit un état d'esprit qui favorise la dénonciation des procédés rhétoriques de façon ludique, pour mieux reprendre la main. Souvenez-vous du : " D'abord je n'aime pas cette méthode. Je ne suis pas votre élève, et je n'accepte pas le débat de cette façon là..." De François Mitterrand à Valéry Giscard d'Estaing.

Déstabiliser  

Bien connaître ses dossiers ne fait pas tout. Les contrepoints pour déstabiliser un contradicteur sont un grand classique du débat télévisé. Charles Pasqua y excellait. Ils permettent de ralentir le flot de paroles de vos opposants en perturbant l’attention avec des mimiques ou des haussements d'épaules. Verbaux, ils interrompent l’argumentation par des remarques, précisions ou exagérations. Face à Bernard Tapie en 1989,  le " Grotesque " de Jean-Marie Le Pen fut à l'origine d'un clash historique.

Dominer

Enfin, pour prouver que vous dominez vraiment les échanges, à l'issue de chaque séquence débrouillez-vous pour avoir le dernier mot. Les plus de vingt ans ont encore en mémoire cette réplique mémorable entendue en avril 1988 : "Mais vous avez tout à fait raison Monsieur le Premier Ministre."

Tag(s) : #Trucs & astuces à l'oral, #Média training

Partager cet article

Repost 0