Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il n'y a pas que Lionel Jospin à commettre des lapsus calamiteux.  Mgr Nourrichard, évêque d'Evreux a, dimanche 3 janvier 2010, provoqué l'ire du public en parlant de fête de la Toussaint, alors qu'il venait célébrer la messe de l'Epiphanie en l'église de Thiberville. Sur le site de l'hebdomadaire La Vie, une vidéo amateur redonne le contexte de cette erreur de calendrier liturgique. Mais au fait, pourquoi un caméscope était présent  dans cette église ? Il ne s'agissait pas d'un mariage ou d'un baptême. Et surtout, pourquoi ce jour là, une équipe de France 3 réalisait un reportage ? Il n'y avait point de messe de minuit ou de crèche vivante à filmer !  Alors ?  Alors, il se passe que la paroisse de Thiberville est en révolte. Son curé est muté et la grande majorité de ses paroissiens ne veut pas de cette décision diocésaine. Il ne m'appartient pas d'apporter le moindre commentaire sur le fond  du dossier. En revanche, sur la forme, l'affaire m'inspire ces deux réflexions. Primo, en matière de communication avec les médias, il n'y a pas de miracle. Même pour l'Eglise. Ainsi, à l'image d'un chef d'entreprise, un évêque se doit de préparer ses messages, d'anticiper le montage de ses propos et d'intégrer la notion de mise en scène de l'information avant toute interview TV. Je ne vous cacherai pas que dorénavant, à côté de réunions houleuses de CE ou d'images de dirigeants pris en otage par leurs salariés, figurera  dans mes formations cette scène d'un évêque hué par ses ouailles. Deuxio, Internet donne la possibilité à n'importe quelle "âme" bien ou mal intentionnée, de mettre en ligne des séquences qu'elle a enregistrées sur son téléphone portable ou sa caméra numérique. De quoi faire entendre ici un autre... son de cloche que le sujet de la télévision régionale, dans cette querelle à la Clochemerle.

Tag(s) : #Décryptage

Partager cet article

Repost 0