Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Glanée dans la presse en début d'année, je m'étais promis de revenir sur cette information pour la fête des mères. Dans le ventre de sa maman, lorsqu'un bébé entend la lettre "A", sa bouche dessine la forme qui permet d'en imiter le bruit, sans qu'il n'ait jamais vu personne la prononcer.  La voix de celle qui nous porte durant neuf mois, constitue un véritable bain linguistique. D'ailleurs, dès le sixième mois, un fœtus distingue suffisamment les sons pour différencier une langue étrangère de sa langue... maternelle.  Rassurez-vous, lorsque l'enfant parait (pour faire allusion à une récente émission de M VIDARD sur Inter), il ne possède pas pour autant un stock de mots qui le rende capable de vous défier au scrabble. Mais il naît avec un cerveau prêt à structurer une relation. Et la voix de sa maman revêt pour lui un caractère spécial. Maryse LASSONDE en a fait la démonstration en 2010, durant le sommeil de nouveaux nés n'ayant pas plus de 24 h. Il s'agissait  pour cette chercheuse canadienne de faire émettre un bref son de la voyelle "A", comme dans le mot "allô", par la maman de chaque nourrisson, puis par l'infirmière qui les a amené au laboratoire. "Quand la mère a parlé, les scintigrammes ont très clairement indiqué des réactions dans l'hémisphère cérébral gauche, et particulièrement dans le circuit du traitement linguistique et verbomoteur. À l'inverse, quand l'étrangère a parlé, c'est l'hémisphère cérébral droit qui a réagi. L'hémisphère droit est associé à la reconnaissance vocale."  La preuve, pour cette universitaire, qu'il existe bien un lien neurologique entre l'acquisition prénatale du langage et les compétences motrices pour parler. Merci qui ?

Tag(s) : #Au fil de l'actu

Partager cet article

Repost 0