Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 A l'ouverture de mes stages en médiatraining, je me suis longtemps présenté comme un journaliste ayant "vendu son âme". Allusion à mes dix années de collaboration avec le Jour du Seigneur. Echo aussi du dilemme qui fut le mien. Partagé entre la passion pour un métier que j'avais embrassé à l'âge de 18 ans et la nécessité de compléter mes piges en animant des formations en entreprise. A présent, ma carte de presse définitivement rangée au fond d'un tiroir, c'est en jouant sur mes initiales : MTD, que j'évoque ma profession de média trainer.  Il y a peu, une attachée de presse m'a pris au mot en me demandant en quoi je propose un Media Training Différent. En fait, je pourrais résumer les spécificités  de mon approche pédagogique en deux mots : éthique et citoyenne. Ethique, car nous devons en média training être respectueux de la personnalité de nos clients. A ce propos, je fais mienne la phrase de l'un de mes ainés : "on invente pas quelqu'un, on le révèle!" Or, comme pour tout accompagnement individuel, nous nous devons d'appréhender le mode de fonctionnement de la personne coachée. Comprendre ses croyances, cerner ses peurs, entendre ses désirs pour mieux révéler ses talents. Un travail qui demande de réelles qualités d'écoute et d'observation, mais ne fait en aucun cas de nous des psychologues. Encore moins des thérapeutes. Pointer le rôle des émotions, oui. En donner une interprétation, non. Citoyenne, car en conseillant des dirigeants, qu'ils soient chefs d'entreprise ou politiques, nous devenons des hommes (et femmes) d'influence. De quoi, pour certains, jouir du pouvoir sans en avoir les responsabilités. Ce n'est pas ma conception du métier. Si nous sommes consultés sur la forme d'un message, nous ne pouvons en ignorer le fond.  Lors des exercices TV, nous pouvons faire apparaître les limites d'une posture, voire dénoncer les pensées qui la sous-tendent, en jouant le rôle de l'interviewer. Mais c'est ensuite pendant le débriefing que nous nous devons d'exprimer nos réserves. Particulièrement lorsque les axes stratégiques choisis nous paressent dépourvus de toute valeur. Ainsi, il y a peu, j'ai peut-être perdu un contrat avec un élu local*, en lui indiquant que je ne pouvais le suivre sur son "terrain" (il était question d'une mesure inuste de préemption, lui valant la mobilisation de nombreux de ses administrés). Mais j'espère à cette occasion avoir racheté mon âme...

 

* J'anime des trainings individuels pour maires, conseillers généraux, conseillers régionaux..., en lien avec un partenaire titulaire de l'agrément pour la formation des élus locaux.

Tag(s) : #Ma pratique

Partager cet article

Repost 0