Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quel marathon que cette campagne présidentielle. Au point que dimanche dernier, celui de Paris a faillit être occulté par les deux derniers grands meetings d'avant le premier tour. Le PS et l'UMP les ayant organisés respectivement au château de Vincennes et place de la Concorde. Et la presse de s'interroger sur les médications plus ou moins autorisées auxquelles recourent les candidats pour tenir le rythme infernal de la course à l'Elysée. Tout ça pour dire que la fatigue et le stress peuvent expliquer parfois les approximations de nos politiques lorsqu'ils sont interrogés sur le prix de la baguette ou le nombre de sous marins nucléaires français... Reste qu'il y a des sujets sur lesquels ils se doivent d'être incollables. Au risque, sinon, de perdre toute crédibilité. Je pense par exemple à Bruno Le Maire sur Canal +, incapable de dire combien de m2 fait 1 ha, alors qu'il est en charge de l'agriculture française. Ou tout récemment à Nicolas Sarkozy chez Jean-Jacques Bourdin. L'approximation du chef de l'Etat sur le nombre de soldats français morts en Afghanistan a suscité la colère du journaliste vedette de RMC et fait le buzz sur la Toile. Que penser alors des propos d'un des invités de Thomas Hervé qui, dans le dernier numéro de Com' en Politique sur LCP, déclarait qu'il ne faut pas demander à nos ministres de connaître exactement le prix de la baguette. Leur métier étant d'abord de savoir correctement gérer l'Etat. Bel exemple de cynisme de la part de cet "expert en communication politique". Comment en effet gouverner, sans partager un minimum du quotidien de ses compatriotes ? A moins qu'il ne s'agisse de bêtise crasse ! Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part chantait ce cher Brassens ;-)

 
 
Tag(s) : #Au fil de l'actu

Partager cet article

Repost 0