Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

dernier-coup-de-ciseaux-paris.jpg

Sur l'affiche il est écrit : "La première pièce dont le public est le Héros ! ". Mardi 7 juin j'étais à la première parisienne de  Dernier coup de ciseaux, l'adaptation particulièrement réussie d'une comédie jouée depuis 30 ans aux USA. Et je confirme, la production dit vrai.  La salle participe vraiment  à l'enquête en dialoguant avec les comédiens sur scène et pendant l'entracte. Et c'est le public qui en votant à main levée, désigne le meurtrier. Au passage, je salue la performance de la troupe qui a dû apprendre le texte des trois dénouements possibles.  Plongé, dès qu'il prend place, dans  l'atmosphère branchée d'un salon de coiffure du 8e arrondissement, le spectateur risque gros chaque soir au théâtre des Mathurins. Car non content de contribuer à dénouer une intrigue policière, à tout moment il peut mourir de rire. Certaines répliques comme  'j'ai quitté mon ancien salon : Jean-Louis David. Il y avait trop de prénoms" ou encore "tu sais que tu es belle quand tu es riche" devraient bientôt être cultes. Les fans du "Tour du monde en 80 jours" auront plaisir à retrouver Réjane Lefoul campant une bombe sexuelle pour bacs à shampoing, Romain Canard en coiffeur plus gay que nature et Yan Mercœur en producteur TV cynique qui avoue produire des programmes qu'il n'est pas assez bête pour regarder.

Tag(s) : #Lire - voir

Partager cet article

Repost 0