Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avez-vous remarqué combien la presse a pris l'habitude de titrer "Hollande en visite à...", plutôt que "Le président de la République en visite à..." ? Est-ce dû à l'hyper personnalisation de la fonction débutée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy ? A moins qu'il ne s'agisse de la conséquence du côté pépère du personnage? Récemment encore dans l'Express (05/06), Alain Minc déplorait que "François Hollande gère la France comme le premier ministre d'un gouvernement de coalition dans une république parlementaire". A regarder cette vidéo mise en ligne par les services de Matignon, il y a de quoi s'interroger sur la manière dont l'image présidentielle est cultivée. C'est un homme bedonnant, limite hilare, ravi de retrouver le 57 rue de Varenne qui apparait sur les premiers plans. Bref, plus proche du président du conseil général de la Corrèze en visite à Paris, que du chef de la cinquième puissance mondiale. Bien sûr, dans les secondes qui suivent les correctifs sont apportés. La veste présidentielle est boutonnée, le pas se fait plus lent, l'écoute attentive. Reste que le mal est fait. Et les communicants de l'Elysée n'en sont pas à leur premier couac. A lire le dernier sondage publié ce matin par le Journal du dimanche donnant 26 % de personnes satisfaites par l'action du président Hollande, il est urgent de stopper la désacralisation de la fonction. Que notre président reprenne du poids, soit. Mais quand va t-il finir par gagner en épaisseur ?

Tag(s) : #Au fil de l'actu

Partager cet article

Repost 0